Ampuis - Vienne : les vases communiquants

on a longtemps écrit sur la rivalité des 2 clubs de rugby de Vienne et d'Ampuis. Aujourd'hui force est de constater que les 2 cohabitent très bien et que les ambitions différentes contentes tout le monde à commencer par les joueurs.

Article paru dans le Dauphiné Libéré la semaine du 17 octobre 2011 et rédigé par mes soins

Cette saison 3 anciens viennois ont traversé le Rhône pour rejoindre le terrain d'entraînement du stade de Verenay à ampuis. Selim Ghembaza, Jean charles Simian et Yann Brunaud vont apporter toute leur expérience au club.

Les raisons de cette venue sont évidentes pour les 2 derniers. Après avoir servi de nombreuses années le club de Vienne avec passion, il est temps de tourner la page et de passer la main pour permettre à Vienne d'atteindre ses objectifs. "une famille qui s'agrandit et 3 entrainements par semaine : je ne sais pas si j'aurais pu assumer une année de plus tout en me donnant à 100% sur le terrain. Je préfère avoir vécu de belles années à Vienne et quitter le club en restant honnête plutôt que de ne pas pouvoir assumer tout le temps. C'est plus sein pour la vie du groupe" explique Yann Brunaud. Même son de cloche pour Jean charles Simian. Il ont entrainé avec eux leur copain Selim Ghembaza. plus jeune, il n'a pas tout le temps été titulaire la saison dernière et a surtout envie de jouer et de relever un nouveau challenge.

L'intégration à Ampuis.

Yann Brunaud a longtemps joué avec ses copains à Ampuis et donc n'a eu aucun soucis de ce côté là. Pour Jean charles Simian, pur joueur viennois, cela ne pose pas de problème non plus car, étant cousin des frères Simian, il fait déjà un peu partie de la famille. Il connait tous les joueurs de sa génération. Selim Ghembaza, originaire du Rhodia (Roussillon le Péage), a trouvé le club très accueillant et convivial avec un grand esprit de famille. Lui aussi connaissait quelques joueurs.

Différence du niveau de jeu fédérale 2 / fédérale 3

Pour Selim Ghembaza la différence ne saute pas aux yeux. "On ne peut pas être au dessus du lot en venant de fédérale 2. On se met au service de l'équipe et on fait le maximum". tous les 3 sont unanymes pour reconnaitre que le niveau de jeu a augmenté dans les 2 divisions. La moitié de la poule était en fédérale 2 il y 4 ans et certains clubs ont encore le niveau pour jouer dans cette division. Le niveau de la fédérale 3 a beaucoup augmenté. C'est au niveau de l'intensité physique qu'est la plus grosse différence.

Le match contre Givors gagné 23-3 a permis de se rendre compte du potentiel de l'équipe. L'expérience des anciens viennois est un plus indéniable qu'il faudra transformer par une belle série de victoire durant les phases finales après avoir atteint le 1er objectif d'obtenir une des 4 premières place de la poule.