Journée de la femme

Amadine Goutarel et Magdelene Hustache sont 2 joueuses de rugby du club d'Ampuis. Pour la journée de la femme elles reviennent sur leur parcours dans un milieu essentiellement masculin.

À Ampuis le rugby est un sport masculin depuis plusieurs générations. Pourtant, depuis 8 ans une équipe féminine sévit aussi au stade de Verenay. L'équipe a même été championne de France de 3e division en 2009 au terme de sa 3e année d'existence seulement. De quoi faire taire les mauvaises langues. Amandine Goutarel, capitaine de l'équipe fait partie des vétérantes. "Je suis venu au rugby surtout pour suivre mes copines. On cherchait à faire un sport ensemble et à Ampuis c'est plus facile de faire du rugby. Aujourd'hui, j'ai fait miennes les valeurs du rugby. Même si au départ on ne croyait pas trop en nous, on a prouvé sur le terrain de quoi on était capable. En revanche nous n'avons pas eu à subir trop de réflexions machistes. C'est surtout en dehors des terrains qu'on a pu avoir parfois ce genre d'attitude. On peut être très féminine et faire du rugby.


Le Parcours de Magdelène Hustache est bien différent. Fille de rugbyman, elle a débuté à l'école de rugby des Côtes d'Arey et est passée par Villeneuve de Marc, Saint Genis Laval puis Ampuis depuis 2009, année du sacre. Plutôt encouragée au départ, c'est après la naissance de son enfant et son retour à son sport qu'elle essuie quelques réflexions. "Après la naissance de ma fille on ne m'a pas trop soutenu bien au contraire. Je me suis entendu dire que le rugby n'est pas un sport pour les mamans. C'est un sport de combat qui n'est pas plus violent que la boxe, le judo ou un autre sport. Aujourd'hui le rugby féminin s'est quand même bien démocratisé et c'est plutôt positif". En tout cas à Ampuis, les filles sont les bienvenues et peuvent venir s'entraîner dès aujourd’hui pour préparer une nouvelle saison en septembre : Ampuis recrute.